Actualités

Après bientôt un an de travail de correction et d'amélioration de notre base de donnée en interne, la nouvelle version de notre moteur de recherche est à présent accessible via l'espace professionnel.
Vous pouvez maintenant y enregistrer vos recherches, les modifier, les compléter et les partager par lien.

 

 

 

Petit tour d'horizon des nouveautés...

Les films de Pierre Faral ont été confiés à Cinémémoire lors de la collecte menée à Fos-Sur-Mer pour le projet à l'Ouest de la Provence. Sa fille, Lucienne Faral, maintenant âgée de 78 ans, a fait don à Cinémémoire de 64 films en format 9,5 mm, tous rangés dans des enveloppes annotées d'un sommaire, et catégorisés par Pierre Faral sous les noms d'«Images de la vie», et de «La vie telle qu'elle fût». Ce dépôt traverse le temps avec presque un demi-siècle d'images, tournées de 1924 à 1970. Sur ces films de familles nous sont offertes des tranches de vie: vacances touristiques, événements familiaux, montages mêlant portraits des amis et films d'actualités...

C'est en poussant une porte que l'on plonge dans l'antre du cinéma d'André Simien. En empruntant les marches, Fernandel nous scrute du haut de son affiche de cinéma. Mi-salle de projection mi-cabinet de curiosité cinématographique, on retourne en arrière pour un moment. Filmer, collectionner et transmettre, trois verbes qui décrivent l'engagement et la proximité d'André Simien pour l'image en mouvement.
En plus d’être celui qui a dirigé l’orchestre symphonique de Sète, André Simien est le fondateur du ciné club amateur de Provence.

Il y a un peu plus de trois cents ans, le 25 mai 1720, la peste fait avec le Grand Saint-Antoine son entrée dans le port de Marseille...

Le nom du quartier où se trouve l’école Maurice Korsec, Belsunce, nom de l’évêque de Marseille, figure exemplaire du dévouement pendant l’épidémie de la peste de 1720 et la commémoration du tricentenaire de la dernière grande peste, ont inspiré cet atelier vidéo. Il s’est donné pour but d’interroger la mémoire de la peste de 1720 à Marseille dans les collections patrimoniales des musées, des archives et dans la ville à travers les noms de rues, les monuments, les édifices publics et religieux. Après leur premières lectures et découvertes, les élèves ont poursuivi leurs recherches dans les archives filmiques de Cinémémoire. Ils y ont trouvé images et films relatifs à cet événement, base de leur atelier vidéo.