cinememoire.net

Le 9,5 mm

Il s'agit d'un format de pellicule cinématographique d'une largeur de 9,5 mm lancé par Pathé en 1922. C'est le premier format de cinéma amateur. Son film possède de nombreux avantages dont les perforations centrales et une perte réduite d'image. Celle-ci est à peu près identique à celle du 16 mm. La pellicule est également inversible et ininflammable.

Les perforations d’entraînement, centrales et placées entre chaque image, permettent d'utiliser toute la largeur du film. Mais cette géométrie a également un gros défaut : les griffes d'entraînement d'un projecteur mal réglé rayent facilement l'image, quand elles ne l'arrachent pas. La copie des images est également difficile, car la lumière a tendance à passer par les perforations, nuisant à la qualité de l'image capturée.

Dans un premier temps, le but de Pathé était de vendre et de diffuser ses propres films dans ce format. Pathé demanda alors à la société Continsouza de concevoir un projecteur familial facile à utiliser pour projeter ses films d’édition (des versions très raccourcies des films d’édition originaux qui comportaient, pour les titres, une encoche permettant l’arrêt et la reprise automatique du défilement le temps de la lecture). C’est ainsi qu’est né le « Pathé Baby » sous forme d’un petit projecteur à manivelle capable de projeter de courts films de format 9,5 mm contenus dans une cartouche métallique contenant moins d’une dizaine de mètres de pellicule.

Juste avant Noël 1922, plusieurs milliers de projecteurs Pathé Baby furent mis sur le marché avec succès, accompagnés d’un catalogue de 192 titres extraits de la cinémathèque Pathé. Face à la demande, une caméra de prise de vue fut construite également par la société Continsouza et mise sur le marché en 1923. Cette première caméra était très simple, à manivelle, et son chargement se faisait en plein jour grâce à une cassette métallique préchargée de film. Celui-ci est contenu dans une cartouche de 8,5 mètres de film (1922), puis de 20 mètres (1924) et enfin de 120 mètres (1928). Ces innovations ouvraient la voie du cinéma amateur familial.

Rapidement d’autres constructeurs de matériel cinématographique mirent ce format à leur catalogue. Ce format connut un grand succès dans toute l’Europe et plus particulièrement en Angleterre où il existe toujours. Aux États-Unis, la diffusion fut faible car le format 16 mm était un concurrent sérieux jusqu’à la crise de 1929. En 1927, Pathé et Eastman s'unissent, créent Kodak Pathé et distribuent le film vierge. Les avantages de ce format sont les suivants : films inversible noir et blanc ou couleurs, sonorisation, magnétique, tirage de copies noir et blanc et couleur, projection possible sur grand écran.

Le 9,5 mm est plus ancien des formats de cinéma amateur mais paradoxalement il continue à exister, grâce aux cinéastes amateurs eux-mêmes qui se sont organisés depuis longtemps pour faire face à l'abandon des circuits commerciaux (et ce de façon bénévole).
Ainsi, le Ciné-Club 9,5 mm de France a accompli les choses suivantes : acquisition des machines à découper le film, négociation avec un laboratoire professionnel pour le conditionnement, le développement de film et même la fabrication de matériel neuf (caméra et projecteur). Ceci ajouté à l'existence d'un parc de matériel d'occasion très important et de bonne qualité fait que le 9,5 mm est actuellement le format de cinéma d'amateur qui a le mieux assuré sa pérennité : il ne dépend plus de circuits commerciaux qui suivent la mode.

 
 
> Le 16mm  > Le 8mm  > Le super 8  > Petite histoire des formats de films