Cinémémoire est une cinémathèque de films de famille et d’amateurs qui collecte, numérise, documente et archive les films amateurs et de famille depuis 1995. A ce jour, le fonds contient plus de 900 heures d’images des années 20 à nos jours, il est quotidiennement enrichi par de nouveaux dépôts de films. Actuellement, 400 heures de films sont numérisées et consultables par tous sous forme de notices et de fichiers vidéo en ligne.

Le fonds d’archives de films Cinémémoire est axé sur la mémoire audiovisuelle de Marseille, de la région PACA et des anciennes colonies françaises.

Au delà, de ces trois importantes collections, Cinémémoire.net possède des images du monde entier représentant la vie quotidienne, familiale ou locale mais aussi des événements historiques ou politiques, manifestations sportives, explorations scientifiques, voyages, coutumes …

Dans l’esprit de la recommandation de l’UNESCO du 27 octobre 1980 pour la sauvegarde et la conservation des images en mouvement. Cinémémoire collecte, numérise, documente et archive les films amateurs depuis 1995. A ce jour, le fonds contient plus de 900 heures d’images des années 20 à nos jours, il est quotidiennement enrichi par la numérisation et l'indexation de nouveaux dépôts.

Les missions de Cinémémoire sont celles d’une cinémathèque qui a pour spécificité de travailler sur les films amateurs. Au coeur de nos activités, il y a les notions de patrimoine, de mémoire, d’identité commune et de transmission.

Cinémémoire est une cinémathèque de films de familles et d’amateurs qui collecte, numérise, indexe et archive des films amateurs.

Le fonds d’archives de films Cinémémoire est axé sur la mémoire audiovisuelle de Marseille, de la région PACA et des anciennes colonies françaises. Il compte 900 heures de films amateurs. Actuellement, 400 heures de films sont numérisées et consultables par tous sous forme de notices et fichiers vidéo en ligne.

Cinémémoire a pour objectif la valorisation de nos images d’archives à travers l'organisation de projections, d'ateliers pédagogiques, de réalisations et productions de films, un travail d’analyse et de transmission de notre collection d’images d’archives des anciennes colonies françaises.

Cinémémoire met à disposition son fonds de films d’archives aux chercheurs et aux professionnels de l’image ainsi qu’au grand public. Les films numérisées sont consultables sous formes d’archives en ligne.

Nous souhaitons défendre les qualités esthétiques et artistiques des films récoltés, protéger leur fragile existence et les envisager comme des documents culturels et anthropologiques. Ces petits films ne sont pas seulement des récits anecdotiques, chacun recèle l’essence de son époque, une parcelle d’histoire.

 

> Collecte de films > Numérisation > Conservation des originaux > Valorisation > Diffusions

Introduction à la collecte de film

Fonds petot

Fonds du cvm

Fonds coumes

Fonds sciarli

Des collections numérisées accessibles à tous

L'association Cinémémoire a pour mission de valoriser le patrimoine cinématographique et audiovisuel amateur de la région Provence Alpes et Côte d'Azur et des anciennes colonies françaises. Les collections sont conservées à Marseille sur support argentique et pellicule dans les locaux de Cinémémoire: en 2014, 3000 bobines originales et uniques sont conservées.

Depuis 1997 l'ensemble des films est numérisé afin d'être mis à disposition du public, des chercheurs et des professionnels: plus de 1700 heures de films numérisées.

Chaque bobine de film confiée à Cinémémoire est numérisée image par image sous forme de fichier numérique dans la norme 10 bit non compressé. Le film est ensuite découpé en séquence, indexé, puis documenté dans une base de donnée consultable par mots clefs et à l'aide d'un thésaurus adapté au cinéma amateur et répondant aux spécificités des thêmatiquies de la collection. Enfin, les fichiers sont compressés en mpeg4 pour la consultation sur le site cinememoire.net.

Valorisation du patrimoine cinématographique par le biais des technologies numériques

Cinememoire.net
Films en ligne
Les films numérisés sont consultables gratuitement sous formes de 8000 notices et  vidéos en ligne, sous forme de pages thématiques et via l'interface de recherche.

L'espace professionnel: Un espace de recherche d'images réservé aux chercheurs et aux documentalistes professionels.

L'espace déposants: un espace d'échange et de documentation pour les cinéastes et leur famille.
Un accès est réservé aux déposants de films et leur permet de documenter eux même les films. Cet espace collaboratif facilite la documentation des films et permet d'offrir aux chercheurs des renseignements plus précis sur les lieux, les époques et les personnages qui figurent dans les films.

Le Portail "Archives-films-paca.net"

Cinémémoire est à l'initiative de la réalisation d'un Portail des archives en Provence Alpes Côte d'Azur, qui propose une découverte thématique et rédactionnelle des collections conservées dans la région.

Il a pour but de valoriser le patrimoine audiovisuel régional, en mettant en commun les ressources audiovisuelles traitant de l'histoire locale, à travers un réseau de partenaires régionaux.

Moyenne annuelle des visites sur internet

Ces deux sites sont consultés par plus de 50 000 visiteurs par an qui passent en moyenne trois minutes à visionner gratuitement des images. Ce travail de diffusion et de valorisation des images amateur participe à construire une représentation plus sensible de la région Provence et de l'histoire coloniale.


Actions en direction des publics:

Présentation de montages d’archives dans le cadre de manifestations culturelles

Cinémémoire participe à des manifestations culturelles (en musées, bibliothèques, cinéma, universités...) et organise régulièrement des projections publiques pour faire connaître ce patrimoine inédit au plus grand nombre.

Les créations réalisées à partir du fonds de films de Cinémémoire sont présentées dans notre catalogue: documentaires, ciné-concerts, programmes de films à base d’archives audiovisuelles amateurs

Actions pédagogiques

Cinémémoire, soucieuse de transmettre son expérience tant auprès des plus jeunes qu'auprès des étudiants en université, des professionnels et des anciens, a lancé KinéKino, un projet structurant l'ensemble des propositions à caractère pédagogiques  en lien avec le cinéma et le patrimoine proposées par Cinémémoire au collège, au lycée et dans le cadre d'ateliers et de formations professionnelles.

 

La valorisation des archives audiovisuelles coloniales à travers le projet "Mémoires partagées"

Conformément à la convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité culturelle, Cinémémoire souhaite restituer une partie de ses archives auprès des pays anciennement colonisés et participer ainsi à la préservation de la mémoire audiovisuelle des pays émergents : elle mène plusieurs actions au Bénin, en Algérie et au Maroc.Des projections d'archives coloniales ont lieu dans les pays qui furent colonisés, afin de permettre aux personnes présentes dans ces pays de réagir sur ces archives.


Recherche documentaire et cession de plans pour les sociétés de productions

Les archives audiovisuelles amateurs de Cinémémoire ont ainsi été utilisées dans de nombreuses créations, documentaires et fictions diffusés au cinéma et à la télévision, webdocs, expositions...


Participation a des rencontres professionnelles autour de l’archive audiovisuelle

Cinémémoire est membre de réseaux regroupant des professionnels de l'audiovisuel et de l'archive cinématographique, notamment de l’association PIAF depuis 2007 et de l’association « Inédits Films amateurs / Mémoire d’Europe » depuis 2006, qui organise chaque années les Rencontres annuelles des Inédits.

Cinémémoire numérise vos films super 8, 8mm, 9,5mm et 16 mm et les transfère sur le support de votre choix.

Pour les films 8mm et super 8, Cinémémoire utilise une technique de numérisation professionnelle : la flashscan MWA. Cette machine flashe une par une chaque image de la pellicule à une vitesse de captation allant de 8 images par seconde à 25 images par seconde.

Pour les films 16mm et 9,5mm: depuis 2009, Cinémémoire a fait l'acquisition de deux  nouvelles flashscan, dédiées aux formats 16 mm et 9,5 mm. La qualité des transferts est ainsi nettement meilleure qu'avec le télécinéma, que nous utilisions auparavant pour ces formats.

Vous pouvez choisir le support de transfert de vos images : DVD, disque dur, clef USB, fichier téléchargeable, cassette MiniDV ou DVCAM.

Vous souhaitez déposer vos films, Cinémémoire vous propose d’estimer la durée de vos films, demander un devis de numérisation et consulter les conditions de dépôts de films à la cinémathèque de Cinémémoire. Pour reconnaître les formats des pellicules des films amateurs, il faut s’intéresser aux perforations des pellicules et à la largeur de la bande.

Le terme de format appliqué au cinéma peut désigner deux choses : le rapport entre la hauteur et la largeur de l’image (il vaut mieux alors utiliser le terme de ratio, par exemple “le ratio 1.85” ) ou la largeur de la pellicule (par exemple “le format 16 mm”). Ce qui nous intéresse ici, ce sont les formats de films argentiques amateurs.

L'idée de rendre la pratique du cinématographe accessible au plus grand nombre est presque aussi vieille que le cinéma lui-même. Mais au début du cinéma, c’est le 35 mm qui prédomine dans les salles, bien trop coûteux pour un usage privé, d'autant qu'il fallait acheter le négatif puis établir une copie positive, inconvénient qui disparaîtra avec l'invention du film "inversible". Le matériel 35 mm est de plus très encombrant et la pellicule est encore inflammable.

La solution fut donc de diminuer la largeur du film pour obtenir un prix de revient plus bas ainsi qu'un matériel de dimension plus réduite. Des firmes comme Gaumont ou Reulos & Goudeau tentèrent donc, dès 1900, de lancer des appareils de prises de vues et de projection. Ces appareils, ainsi que les formats correspondants, tombèrent dans l'oubli. Il y eut de nombreuses tentatives avant qu'un format ne s'impose réellement auprès du grand public et lance un engouement pour le cinéma amateur.

1912
- Pathé lance le 28 mm, ainsi que le projecteur «Pathé Kok» (ou «Pathéscope» aux Etats-Unis).
Ce projecteur avait la particularité de produire son propre courant grâce à une dynamo actionnée par la manivelle. Ce format disparaîtra à cause de son prix trop élevé, au profit du 16 mm et du 9,5.
- Un autre format est employé en France par les projectionnistes itinérants : le 17,5 mm, qui correspond à la moitié du 35. Il employaient alors le projecteur “Pathé rural”. Ce format disparaîtra en 1939, interdit par les autorités allemandes.


Le terme de format appliqué au cinéma peut désigner deux choses : le rapport entre la hauteur et la largeur de l’image (il vaut mieux alors utiliser le terme de ratio, par exemple “le ratio 1.85” ) ou la largeur de la pellicule (par exemple “le format 16 mm”). Ce qui nous intéresse ici, ce sont les formats de film argentiques amateurs.

L'idée de rendre la pratique du cinématographe accessible au plus grand nombre est presque aussi vieille que le cinéma lui-même. Mais au début du cinéma, c’est le 35 mm qui prédomine dans les salles, bien trop coûteux pour un usage privé, d'autant qu'il fallait acheter le négatif puis établir une copie positive, inconvénient qui disparaîtra avec l'invention du film "inversible". Le matériel 35 mm est de plus très encombrant et la pellicule est encore inflammable.

La solution fut donc de diminuer la largeur du film pour obtenir un prix de revient plus bas ainsi qu'un matériel de dimension plus réduite. Des firmes comme Gaumont ou Reulos & Goudeau tentèrent donc, dès 1900, de lancer des appareils de prises de vues et de projection. Ces appareils, ainsi que les formats correspondants, tombèrent dans l'oubli. Il y eut de nombreuses tentatives avant qu'un format ne s'impose réellement auprès du grand public et lance un engouement pour le cinéma amateur.

1912
- Pathé lance le 28 mm, ainsi que le projecteur «Pathé Kok» (ou «Pathéscope» aux Etats-Unis).
Ce projecteur avait la particularité de produire son propre courant grâce à une dynamo actionnée par la manivelle. Ce format disparaîtra à cause de son prix trop élevé, au profit du 16 mm et du 9,5.
- Un autre format est employé en France par les projectionnistes itinérants : le 17,5 mm, qui correspond à la moitié du 35. Il employaient alors le projecteur “Pathé rural”. Ce format disparaîtra en 1939, interdit par les autorités allemandes.

1914
- Kodak expérimente le 16 mm, mais il s’agit d’une réduction des films en 35 mm, uniquement destiné à la projection. On produit ce format à partir de la pellicule 35 mm, en la coupant en deux. Le film “inversible” en acétate de cellulose remplacera rapidement le “film flamme” en celluloïd, très inflammable.

1922

- Le 9,5 mm, premier format spécifiquement amateur de grande diffusion, est mis sur le marché avec le projecteur « Pathé Baby » sous la forme d'une bibliothèque de films intitulée « Le Cinéma chez soi ». Il s’agit de réductions des films d’archives 35 mm de Pathé, au nombre et à la variété considérable : comédies, reportages, documentaires, les Charlot… Le projecteur fonctionne suivant le modèle du Cinématographe des frères Lumière de 1895, avec une manivelle. La qualité de projection est bonne, surtout si l’on considère que la lampe ne fait que 6 Watts. On obtient ce format en découpant trois bandes dans de la pellicule 35. La perforation est centrale, entre les images et non pas sur les côtés, ce qui permet d’utiliser toute la largeur de la pellicule. Les films sont ininflammable, innovation importante puisqu'il s'agissait de toucher un large public.

1923

- Pathé lance la caméra de prise de vue à manivelle pour le 9,5 mm ainsi que les films vierges, de 9 ou 15 mètres, sous forme de cassette métallique. Ceux-ci sont inversibles. Comme le projecteur, la caméra est simple d’utilisation et relativement maniable. C’est le début du cinéma amateur, et le 9,5 restera longtemps le seul format disponible en France. Il fut peu populaire aux Etats-Unis, mais très répandu en Europe et une imitation exista même au Japon. Très vite, la caméra fut motorisée avec un système de ressort, d’abord externe puis interne.

- En réaction à Pathé, le 16 mm est proposé par Kodak aux États-Unis comme format de film amateur avec la mise sur le marché d'une caméra à manivelle et d'un projecteur. C'est le plus coûteux des formats amateurs, mais on met en avant la largeur utile d’image (10 mm, contre 8 pour le 9,5) tandis que Pathé fait valoir que son format coûte deux moins cher. Kodak avance alors que la perforation centrale du 9,5 mm provoque un déchirement de la pellicule. Le grain du 16 mm était également bien meilleur. Il fut d'abord présenté en bobines de 15 m. Il évoluera par la suite en format semi-professionnel voire professionnel. Le film Eastman Kodak est inversible et les bobines peuvent se charger au jour.

- C'est également cette année-là que Bell & Howell développe la caméra 16 mm à moteur : la Filmo 70 A pour bobine de 30 m.

1932
- Le 8 mm est lancé par Kodak aux Etats-Unis tandis que le 9,5 mm reste à la mode en France. La situation économique après la crise de 1929 ne permet plus aux cinéastes amateurs de s'acheter du 16 mm, d'où un passage vers un format de moindre qualité mais aussi moins coûteux. En outre, la caméra est plus légère et plus petite.
- L’économie réalisée par Kodak provient du système du Double 8 : il s'agit d'une pellicule d'une largeur de 16 mm ayant une perforation de chaque côté : la prise de vue se fait d'abord sur la partie droite, puis, en retournant le film sur la partie gauche. Au laboratoire, après le développement, le film est coupé en deux dans la longueur et les deux moitiés sont assemblées bout à bout. Ainsi, la même pellicule de 16 mm permet quatre fois plus de prise de vue. Les bobines faisaient généralement 7,5 mètres, soit 15 mètres utiles ou 3 minutes de film.
- On évolue ensuite vers un Simple 8, évitant ainsi la manipulation consistant à retourner le film qui devait se faire à l’abri de la lumière. Mais la multiplication des procédés (Agfa, Univex, Bell & Howell) devient problématique et le Simple 8 ne prend pas vraiment.
- Le 16 mm devient sonore.

1935
- La couleur apparaît dans le 8 mm.
- Le 16 mm est présenté sous forme de cassette.

1938
- Le 9,5 mm devient sonore avec le “Pathé Vox”.

Années 1950
- Kodak a la main-mise sur le marché du cinéma amateur depuis les années 20 ; le 8 mm et le 16 mm règnent au détriment du 9,5.
- Pathé tente de lancer des formats larges en 1955 : Duplex et Monoplex. Il s’agit d’un film 9,5 coupé en deux (4,45 mm) et projeté en longueur ! C’est un échec total.

1965
- Le Super 8 est lancé par Kodak. Il s’agit, outres quelques innovations techniques, de relancer la vente de matériel en créant une gamme nouvelle et incompatible avec celle du 8 mm. Le format de l'image du 8 mm fut augmenté en diminuant la surface des perforations (gain de 14%) proche de celle du 9,5). Le film est contenu dans une cassette en plastique pour faciliter le chargement et éviter toutes les manipulations nécessaires avec le Double 8. Cependant, la qualité de l'image est faible et la bobine ne fait que 3 minutes environ. Le presseur est de moins bonne qualité car il est intégré à la cassette. Ce format disparaîtra avec la vidéo dans les années 80.

1975
- Des caméras Super 8 sonores voient le jour, lancés par Kodak.

Lien sur déposez vos films

Les films amateurs réalisés en Provence et dans les anciennes colonies françaises donnent à l'explorateur d'images animées des clefs d'interprétation des mutations des pratiques culturelles et de loisir d'un point de vue inter-disciplinaires ( sociologie, anthropologie, histoire, sciences de l’art, sciences politiques...)

Bien que le cinéma ait été inventé par les frères Lumière en 1895, et que des amateurs éclairés se soient emparés très rapidement des caméras 35mm pour fixer sur pellicule des moments de vies familiales ou pour imaginer des films à scénarios, le cinéma amateur apparait véritablement en 1923 en France. C'est la firme Pathé qui crée un format plus étroit, d'une largeur de 9,5mm. ce format a pour particularité d'être perforé au centre de la pellicule, entre chaque image. Faire soi même un film cinématographique devient financièrement et techniquement accessible au grand public. Il suffit d'une caméra, d'un film et d'un projecteur.

Les groupes sociaux qui pratiquent le cinéma amateur évoluent dans le temps. Le cinéma amateur se démocratise au fil de l'évolution technique et financière du matériel. La majorité des films qui vous sont proposés en visionnage libre et gratuit sur notre site sont des films réalisés par des amateurs. La période couverte s'étend de 1923 à nos jours. Les films que nous vous proposons dans cette sélection racontent d'une manière très personnelle et subjective la grande histoire, juxtaposée à des moments de petite histoire, souvent pris sur le vif par nos déposants. Chaque film de notre collection devient un témoignage sur la vie quotidienne d'une époque ou documente un événement que nous connaissions mais dont nous n'avions pas encore visionné d'images en mouvement.

Comme l'a montré Roger Odin, chercheur en esthétique du cinéma, « Le cinéma amateur, et encore plus familial, cumule souvent de nombreuses imperfections techniques » Ces imperfections font parties du langage qui caractérise ce cinéma et en font le charme. Vous serez certainement sensibles à l’intérêt de ces images anciennes. Le visionnage des films vous permettra de mesurer le temps qui passe, de confronter votre mémoire privée à près d'un siècle d'histoire.

Cinémémoire vous propose de consulter des films d'archives en accès libre, en explorant les trois grandes thématiques qui composent ses collections de films «inédits»:
L'histoire coloniale et post-coloniale filmée par les cinéastes amateurs
La Provence filmée par les cinéastes amateurs
Marseille filmée par les cinéastes amateurs.

Certains dépôts présentent un intérêt historique et esthétique très fort, de par la quantité et l'originalité des documents. C'est le cas de la collection du Comité du Vieux Marseille, du fonds Laffage, qui regroupe les films réalisés par Yvon Lorenzini, du fonds Coumes et de la collection Petot. Nous avons souhaité conserver une unité à ces collections.

Le Sahara années 50
Les Nouvelles Hébrides
 
Mort du roi SURAMARIT
Mort du roi SURAMARIT
 
Vie dans un village africain
Le pont transbordeur
Le marché Castellane 1931
Palais Longchamp 1932
Elbiar à la Joliette
Film d'archive Carnaval de Nice 1945
Le Carnaval de Nice 1945
La Provence sous la neige
Cannes années 40
Pétrolier à la Ciotat 1963
Grand Prix Auto 1946
Grand Prix Automobile à Marseille, 1946
Bal du CACP 1947
Bal du CACP, 1947
Exposition du tramway marseillais, années 70
Exposition du tramway marseillais, années 70
Construction du métroConstruction du métro marseillais, 1974
Fonds Petot Combats de boxe
Combats de boxe à
Marseille, 1931
Défilé de la libération de Marseille, août 1944
Défilé de la libération de
Marseille, août 1944

Croisière entre Marseille et Algésiras, 1955
Croisière entre Marseille et Algésiras, 1955

Transhumance à Salon-de-Provence en 1967
Transhumance à Salon-
de-Provence, 1967
Fonds Laffage Hyères 1957
Hyères, 1957
Nice et la promenade des anglais en 1957
Nice et la promenade des anglais, 1957
Les plages de Marseille en 1966
Les plages de Marseille, 1966
Le Mont Ventoux 1967
Le Mont Ventoux, 1967
Fonds Coumes Procession aux Saintes Marie de la mer, 1950
Procession aux Saintes Marie de la mer, 1950
Fabrication du charbon de bois, années 60
Fabrication du charbon de bois, années 60
La maison de mon père
La maison de mon père,
années 60
L’aigle de Bonelli 1968
L’aigle de Bonelli, 1968

avant dernier niveau avant la visualisation

KinéKino: ateliers cinéma et patrimoinecinéma, ville et patrimoine

En 2014, Cinémémoire, forte de son ancrage dans le réseau des cinémathèques d'inédits amateur, et soucieuse depuis plusieurs années de transmettre son expérience tant auprès des plus jeunes qu'auprès des étudiants en université, des professionnels et des anciens, a lancé KinéKino, un projet structurant l'ensemble des propositions à caractère pédagogiques proposées par Cinémémoire, en lien avec le cinéma et le patrimoine.

KinéKino, késako?

Cinéma et patrimoine en milieu éducatifcinéma, ville et patrimoine

Les activités en milieu scolaire permettent aux élèves de découvrir l'archive cinématographique sous plusieurs angles, en lien avec le territoire et les programmes étudiés.

L'histoire locale, industrielle et coloniale, l'évolution des techniques et du cinéma au XXème siècle, l'histoire intime et l'histoire collective, l'esthétique, les questions de droit liées à la diffusion et à la reproduction des images, sont autant de thématiques et de question que le film d'archive permet d'aborder de manière concrète, en travaillant avec les enseignants à l'élaboration de programmes d'activités théoriques, pratiques, et cinématographiques.

Propositions pédagogiques 2014, films d'ateliers 2013 >

ateliers vidéos pour enfants et seniors, ateliers intergénérationnels, ateliers de réalisation Ateliers de réalisation pour enfants et sénior

Les ateliers de création menés pendant les vacances scolaires proposent de laisser le champs libre à la création, en une période courte mais intense: chaque stage de 5 jours donne lieu à une véritable création, permettant aux participants de réaliser un court métrage, de l'écriture à la projection finale, l'archive cinématographique servant de fil conducteur et de support à l'imaginaire. Ces ateliers sont l'occasion de rencontres intergénérationnelles, permettant ainsi un échange entre petits et grands sur l'expérience concrète du temps, les évolutions techniques du cinéma et les changements urbains.

Les ateliers 2014 et les films réalisés depuis 2007>

Cinémémoire collabore régulièrement avec l'Université de Provence Aix-Marseille, afin que les étudiants puissent travailler à partir des films de la cinémathèque et s'initient ainsi à l'utilisation des films d'archives amateur.

Les étudiants des départements SATIS (Sciences, Arts et Techniques de l'Image et du Son, Aubagne), Cinéma et Musicologie (Aix en Provence) ont ainsi pu réaliser plusieurs créations originales à partir des films du fonds de Cinémémoire.

Créations réalisées depuis 2009 >

 

la ciotat, formation son de la prise de son au montage son
Ateliers et formations professionnelles pour adultes

Cinémémoire a développé plusieurs partenariats avec des structures locales, nationales et et internationales, et propose ainsi des
programmes de formations pour adultes dans lesquelles les films d'archive amateur ont une place déterminante:

- Formations professionnelles liées aux métiers de l'audiovisuel et du Cinéma avec le GEDEC, organisme de formation agréé AFDAS
- Programmes de formations professionnelles, ateliers de création et échanges internationaux, dans le cadre des Mémoires partagées
- Ateliers de réalisation sur le thème de la confrontation entre
histoire individuelle et histoire collective avec Peuple et Culture



Un nouvel outil pour créer le lien entre patrimoine
et images animées : la fiche pédagogiquevignette-fresque-liberation

 La fiche pédagogique est un nouvel outil proposé par Stéphanie Louis, docteur en histoire chargée de mission à Cinémémoire dans le cadre d'une séance avec l'APPIA.
Ces a
teliers de Prospection sur le Patrimoine et les Images Animées, ont pour but de développer les études sur les rapports entre patrimoine et images animées,
mais aussi les outils nécessaires à leur analyse.

Ces nouvelles fiches pédagogiques permettent aux étudiants de découvrir l'archive cinématographique à travers les programmes étudiés au lycée et à l'université : 
l’histoire de la guerre au XXe siècle, l'histoire de la colonisation ou encore l’histoire culturelle des sociétés actuelles seront étudiées au regard des images d'archives.

 




 

 

Depuis sa création en 2001, Cinémémoire associe le public à sa démarche de collecte et de valorisation du patrimoine cinématographique. La valorisation des films d'archives passe non seulement par la découverte de films rares et inédits lors des projections publiques, mais aussi par des ateliers pratiques, permettant, par l'apprentissage du cinéma, d'appréhender l'évolution des techniques et un peu plus d'un siècle d'histoire, locale et internationale.
Les activités en milieu scolaire permettent aux élèves de découvrir l'archive cinématographique sous plusieurs angles, en lien avec le territoire et les programmes étudiés, à l'école primaire, au collège et au lycée.

 

ateliers vidéos pour enfants et seniors, ateliers intergénérationnels, ateliers de réalisation Ateliers cinéma et patrimoine pendant les vacances scolaires.

Les ateliers de Cinémémoire, menés chaque années depuis 2007, s'intègrent à présent dans un programme pédagogique global intitulé Kiné-Kino, s'adressant aux scolaires, à la petite enfance, à la jeunesse et aux seniors.

 Nous continuons à développer notre travail d’échange intergénérationnel :

La parole qui s’installe entre les personnes âgées offre une communication qui profite aux plus jeunes soucieux d’apprendre, ainsi qu’aux plus âgés soucieux de transmettre. Jusqu’à présent dans nos ateliers, nous travaillions essentiellement sur cette notion de transmission. La mémoire est au centre de notre travail.

Nous nous sommes rendu compte au cours des ateliers précédents que les personnes âgées étaient non seulement soucieuses de transmettre mais également de connaître mieux les nouvelles générations. Nous souhaitons aujourd’hui mettre davantage en avant la notion d’échange. Nous voulons que les enfants autant que les personnes âgées prennent en main la caméra pour découvrir l’autre génération.

Jusqu’à présent, nous travaillions également, essentiellement avec l’archive filmique (9,5 mm, Super 8, …), comme « témoin » des mutations sociales.

  •  

Ateliers conte et super 8 atelier-video-cinememoire-ebel-2013

Stage de 5 jours pour les jeunes de 7 à 12 ans, proposé par Cinémémoire et animé par Sarah Ouazzani, à l'atelier Le BEL, 5, rue Lacépède, 13004 Marseille. Les enfants peuvent venir, s’ils le souhaitent, accompagnés de leurs grands-parents. Ecriture, prise de son, animation, et montage, pour réaliser un court métrage qui sera projeté en fin de stage.

Renseignements et inscriptions pour cet été: du lundi 7 au vendredi 11 juillet 2014 >
Petite fille à la poupée-image cinémémoireLes ateliers de réalisation: histoire(s) de Marseille

Cet atelier de réalisation audiovisuelle et d'échanges intergénérationnels sera animé par Guillaume Cornet au Centre d'animation les Abeilles, 14, rue des Abeilles, 13001 Marseille. Il s'adresse  au groupe des grands du centre aéré au Centre d’ animation Les Abeilles et aux seniors de l’association des Petits Frères des Pauvres et de l’Espace Senior Marx Dormoy à Marseille.

Renseignements et inscriptions pour les vacances de Toussaint, du 27 au 31 octobre 2014 >
Quelques films réalisés depuis 2007

 

Depuis 2009, Cinémémoire a développé un partenariat avec l'Université de Provence, afin de proposer des ateliers pratiques aux étudiants et enseignants des disciplines artistiques (image et son). 

Des conventions ont été signées avec les départemants SATIS (sciences, arts et techniques de l’image et du son) et le LESA (laboratoire d’études en sciences des arts).
cine-concert-eric-montbel

Des étudiants de ces deux formations ont participé à des ateliers de sonorisation et de montage d’images d’archives fournies par Cinémémoire :

- Depuis 2009, dix sept courts-métrages ont été réalisés par les étudiants.

- Un ciné concert a été monté par les étudiants de Pascal Césaro (LESA) et mis en musique par 13 étudiants musiciens dirigés par Eric Montbal (départemant musicologie / musique traditionnelle)

-Plusieurs diffusions ont eu lieu dans des lieux culturels, notamment à l'Alcazar, au MAC et à la Cité de la Musique à Marseille, au théâtre Antoine Vitez à Aix en Provence et au Home Movie Day à Paris.

Cinémémoire a développé plusieurs partenariats avec des structures locales, nationales et internationales, et propose ainsi des programmes de formations pour adultes dans lesquelles les films d'archive amateur ont une place déterminante:

Mise à l'épreuve du rapport entre patrimoine et images animées : les fiches pédagogiques autour des films amateurs.

Nouvel outil de Cinémémoire, ces fiches pédagogiques permettront aux étudiants - de lycée et d'université - de découvrir l'archive cinématographique à travers les programmes étudiés : l'histoire des anciennes colonies, la décolonisation

KinéKino Késako?


cinéma, ville et patrimoine « Cinémémoire conserve une collection de films "inédits" sur les thématiques de la région Provence et des anciennes colonies françaises. Le fond contient plus de 1700 heures d'images numérisées, des années 20 à nos jours. Actuellement plus de 8000 séquences sont consultables par tous sous forme de notices et de 5300 vidéos en ligne.

Les films " inédits" ont la particularité d'avoir été réalisé à partir des années 1920 par des milliers de cinéastes amateurs pour être diffusés dans des réseaux privés. Il n'étaient pas destinés à une diffusion auprès du grand public.
Le fond de films d’archive Cinémémoire est entièrement numérisé et catalogué afin d’être exploité à la fois sur support traditionnel et en ligne.
Une base de données interrogeable par internet permet à tous de visionner et étudier les films. 

Les films de Cinémémoire regroupent des films de familles, des films amateurs et des films d'entreprises ou institutionnels, et s'affirment aujoud'hui comme un patrimoine qui s'intègre dans une reflexion transdisciplinaire plus large issue de l'histoire, de l'histoire de l'art, de la sociologie et de l'anthropologie. C'est en passant du domaine privé au domaine public que le film inédit devient archive puis patrimoine cinématographiqueUtiliser une collection de films "inédits" dans des projets artistiques et pédagogiques incitent à conduire des programmes mixtes entre créateurs, conservateurs et chercheurs.

Lier patrimoine et création, permet aux participants de retrouver des correspondances entre le passé subjectif des cinéastes amateurs et la mémoire collective contemporaine. L'archive pose la questions de notre rapport à l'histoire et notre identité collective. Elles donnent du sens au monde présent et nous invitent à reconstruire d'autres possibles pour le futur.

KinéKino est un projet qui structure l'ensemble de ces propositions. Ce projet est proposé par Cinémémoire, qui fait lien entre conservation, création, patrimoine et transmission.
Ces actions s'adressent essentiellement aux élèves et aux étudiants, et peuvent être développées en milieu scolaire ou sur des périodes plus intenses dans le cadre d'ateliers se déroulant pendant les vacances, selon les types d'activités proposées et le temps nécessaire à l'obtention d'un résultat concret: de l'analyse de films en passant par l'écriture, la prise de son et la prise de vue vidéo et cinéma, la création plastique et sonore, jusqu'à la réalisation d'un court-métrage.

Le programme Kiné-Kino est élaboré en collaboration avec Noël Casanova, qui, grâce à son expérience en tant que professeur détaché par l'éducation nationale au CICRP (Centre Interdisciplinaire de Conservation et de Restauration du Patrimoine), chargé de l'organisation des ateliers Patrimoine en école, collèges et lycées jusqu'en 2013, apporte une contribution précieuse à l'élaboration des propositions pédagogiques à caractères théoriques et pratiques, dans une approche transversale des disciplines historiques, scientifiques, techniques et artistiques.

Les activités en milieu scolaire

Ces activités permettent aux élèves de découvrir l'archive cinématographique sous plusieurs angles, en lien avec le territoire et les programmes étudiés. Plusieurs types d'ateliers ont été développées, sous des formes très courtes ou tout au long de l'année :

Au collège

. Ateliers proposés dans le cadre des dispositifs PAME (Politique d'Accompagnement en Matière Educative du Conseil Général des Bouches du Rhône)

. Action éducative inscrite au catalogue du Conseil Général des Bouches du Rhône pour l'année 2013-2014

  • Education aux médias: Images privées, images publiques, du cinéma à internet
    Ces interventions en collège ont pour but de sensibiliser les élèves des classes de 5ème et 4ème à la distinction entre images publiques et images privées, ainsi qu'à l'importance croissante de son identité numérique. Ces activités éducatives d'une durée de deux heures, sont animées par Pascal Génot, docteur en sciences de l'information et scénariste, et illustrées par le cas des films de famille du fonds de Cinémémoire devenus documents d'archives.

Au lycée

  • Le corps dans la ville, cinéma, locomotion et patrimoine urbain, avec les élèves de Viviane Cirillo, en classe de 1ère option Art Danse au Lycée st Charles à Marseille. Programme réalisé en partenariat avec la Cinémathèque de la Danse à Paris, proposant des activités théoriques et pratiques liées à la prise de vue de l'expression chorégraphique en milieu urbain.

Les ateliers de réalisation pour enfants et seniors

Ces ateliers de création menés pendant les vacances scolaires proposent de laisser le champs libre à la création, en une période courte mais intense: chaque stage de 5 jours donne lieu à une véritable création, permettant aux participants de réaliser un court métrage, de l'écriture à la projection finale, l'archive cinématographique servant de fil conducteur et de support à l'imaginaire. Ces ateliers sont l'occasion de rencontres intergénérationnelles, permettant ainsi un échange entre petits et grands sur l'expérience concrète du temps, les évolutions techniques du cinéma et les changements urbains.

En 2014, deux ateliers seront proposés hors temps scolaire. Ils seront animés par deux intervenants qui développent une réflexion sur la création vidéo et l'utilisation de l'archive amateur depuis plusieurs années, chacun enrichissant son intervention de son univers artistique: Guillaume Cornet dans l'univers du théâtre, du jeu d'acteur et de la fiction et Sarah Ouazzani, dans l'univers de la musique, du conte et de la poésie.

  • Conte et super 8, atelier petite enfance animé par Sarah Ouazzani, à l'atelier Le BEL, 5, rue Lacépède, 13004 Marseille. L’atelier s’adresse à des enfants de 7 à 10 ans du quartier Longchamps qui peuvent venir, s’ils le souhaitent, accompagnés de leurs grands-parents.L’atelier se déroulera sur 30 heures: écriture, prise de son, animation, montage, durant les vacances d'été, du 7 au 11 juillet 2014.

  • Atelier de réalisation, jeunesse et sénior animé par Guillaume Cornet au Centre d'animation les Abeilles, 14, rue des Abeilles, 13001 Marseille. Atelier de réalisation audiovisuelle et échanges intergénérationnels, avec le groupe des grands du centre aéré au Centre d’ animation Les Abeilles et les seniors de l’association des Petits Frères des Pauvres et de l’Espace Senior Marx Dormoy à Marseille, durant les vacances de la Toussaint, du 27 au 31 octobre 2014.

 


Un nouvel outil pédagogique proposé par Cinémémoire, en lien avec le cinéma et l'histoire.


La fiche pédagogique de film

Ces nouvelles fiches pédagogiques permettent aux étudiants de découvrir l'archive cinématographique à travers les programmes étudiés au lycée et à l'université.

 

Espace professionnels

Cinémémoire dispose d’une vaste collection de films inédits (séquences d’archives, films amateurs et films de famille) des années 20 à aujourd’hui. La banque d’images de Cinémémoire se compose de plus de 1500 heures de films amateur provenant des quatre coins du monde, avec une spécificité autour des anciennes colonies françaises, de la région PACA (Provence Alpes Côte d'Azur) et de Marseille.

Cet espace est destiné aux professionnels de l’audiovisuel, qui souhaitent utiliser des films d'archives de Cinémémoire pour leurs projets et leurs créations : réalisateurs, producteurs, documentalistes, artistes, commissaires d'expositions, journalistes, chercheurs, programmateurs ...

Pourquoi vous inscrire ?

Cet espace permet aux professionnels un accès plus complet à nos collections. Il propose un moteur de recherche avancée, des fiches film détaillées, et des informations techniques et pratiques sur les cessions de droit d'image proposées par Cinémémoire.

Vous n'êtes pas encore inscrit:

Formulaire d'inscription >

Vous êtes déjà inscrit:

Connexion >

Bienvenue dans l'espace professionnel.

Ici vous pourrez bientôt effectuer vos recherches via un moteur de recherche avancée,  ou via le thésaurus.

En attendant le nouveau moteur de recherche vous pouvez encore utiliser l'ancienne recherche.

> recherche avancée

Recherche avancée

Mémoires d' outre-mer

 Chroniques urbaines

cine-concerts films d'archives amateur, Provence, Histoire coloniale, JApon

Les Ciné-concerts de Cinémémoire: des ciné-concerts associant des films d’archives rares et inédits issus du fonds de Cinémémoire, et des virtuoses de l’improvisation qui accompagnent les films en direct.

tresors-d-archives

Trésors d'archives: une série de courts métrages de 2 à 9 minutes réalisés à base d'archives audiovisuelles sur l'histoire de Marseille et de la Provence. Réalisés en partenariat avec la cinémathèque de Marseille et l'université de Provence, ces films courts sont disponibles en vidéo (tous formats), pour des projections en avant-programmes.

Arpenteurs d'images: collectes de films, projections et création participative

Cinémémoire a décidé d'arpenter la mémoire audiovisuelle des Bouches du Rhône pour déclencher une parole « entre » les lieux, les populations, les générations et participer à l'élaboration d'un récit dans lequel l'intime rejoint le collectif, l'histoire locale croise la « grande histoire ».

Vous habitez ou avez filmé Jouques, Gardanne, Cassis, Fos sur Mer, Istres, Arles, La Ciotat, Port de Bouc, Miramas, Martigues, Aubagne, Mallemort... rejoignez les arpenteurs pour élaborer une œuvre participative, reflet des villes et villages des Bouches du Rhône, de leur histoire et de leurs liens avec des territoires proches ... et plus lointains.

 

carte-bouches-du-rhone-p3 Kermesse à Mallemort, 1934 Jouques, Corso 31 mars 1946 Les Baux, Arles, la Camargue, années 80 Les Houillères de Provence, 1957 Musée du monde de Pagnol - maison natale de Pagnol - Aubagne, années 80    	Construction de Fos-sur-Mer Cassis, 1951 1957 vacances et loisirs

Vous avez des films à nous proposer ?

Confiez nous vos bobines oubliées au fond d’un tiroir ou cassettes vidéo qui s’abîment au grenier… et participez à la construction de la mémoire audiovisuelle de la région.

Votre village n'est pas cité ?

Pour savoir si des films le concernant existent dans les collections de Cinémémoire, rendez-vous sur notre recherche en ligne, et tapez le nom de la localité...

 

 

Vous souhaitez organiser une rencontre dans votre ville ?

Contactez-nous!

Vous nous avez déjà confié des films tournés dans les Bouches du Rhône ?

Vous pouvez nous aider à les documenter, grâce à l'espace déposant. Cela nous permettra de situer plus précisément les lieux filmés, et d'élaborer progressivement une cartographie cinématographique.

 

 

 

La diffusion de programmes réalisés à partir des collections de films de la cinémathèque a pour but d'encourager la collecte de nouveaux films.

Cette collecte permet alors la réalisation puis la diffusion de nouveaux ciné-concerts, ciné-conférences ou parcours vidéos qui appellent à la participation des spectateurs : les films sont le plus souvent silencieux, c'est donc le conférencier et les spectateurs qui font les commentaires.
Ces témoignages sont recueillis au cours des déplacements dans le département comme cela a déjà était fait à Cassis et Miramas.

 

 plan-arpenteurs

Petit à petit, une cartographie cinématographique prend forme et de nouvelles pièces s'ajoutent au puzzle.

 

.

Cassis est une jolie commune des Bouches du Rhône, célèbre pour ses falaises et ses calanques qui offrent un paysage incroyable. Cassis est également connue pour ses vignes et son vin (blanc, mais aussi rosé). Ses atoûts lui confèrent un rôle important dans le tourisme régional.

284-032 port cassis
La devise provençale de la commune attribuée à Frédéric Mistral est « Qu a vist Paris, se noun a vist Cassis, n'a rèn vist », ce qui signifie « Qui a vu Paris et pas Cassis, n'a rien vu ». Le port coloré et ensoleillé de Cassis n'a donc rien à envier à la Tour Eiffel de la capitale. port cassis2  732-1

 

 extraitcassis1

En juillet 2014, Cinémémoire a proposé aux Drailles de la mémoire une projection pilote des films tournés par l'instituteur Camille Falcou à Cassis. Ces films tournés en 16 mm entre les années 50 et 70 sont un témoignage précieux sur la vie quotidienne des cassidens à cette époque. 

Les Drailles de la Mémoire se sont saisis des films pour en proposer une sélection, agrémentée de commentaires. Le travail de documentation et de montage des films a été mené entièrement par Les Drailles de la Mémoire, qui ont su reconnaître dans ces images nombre de personnalités et événements qui se sont déroulés à Cassis, dans les années 50 et 60. Un travail collectif que seuls les habitants de la ville pouvaient mener à bien. 

Les Drailles de la Mémoire présenteront une sélection de scènes du Cassis d'antan, filmées par l'instituteur Camille Falcou. Une projection menée
en partenariat avec Cinémémoire, organisée dans le cadre du projet Arpenteurs d'Images.

Le 26 mars 2015, dans le cadre du projet Arpenteurs d'Images, les Drailles de la Mémoire et Cinémémoire ont organisé la projection publique des films de Camille Falcou à Cassis.

extraitcassis2

 


Carte-mémoires-partagées: films d'archives amateurs, histoire coloniale Mémoires Partagées Algérie Mémoires Partagées Maroc Mémoires Partagées Sénégal Mémoires Partagées Bénin Explorations Post-Coloniales / Post-colonial Studies / Amator films

UNE MÉMOIRE OUBLIÉE                                                                  English version

Cinémémoire a entrepris depuis 1995 la collecte de fonds privés audiovisuels, se constituant en cinémathèque des films de famille et des inédits amateurs. Sa mission en accord avec les chartes régionales et européennes, est de collecter, numériser et conserver les archives en particulier issues de l’époque coloniale.

Ces films sont inédits et constituent un patrimoine de l’humanité qu’il faut préserver.

Leur prise en considération a été une lutte, car ce sont des documents souvent familiaux, fragiles, fragmentaires parfois insignifiants. Pourtant ces images précaires parlent des hommes, des anonymes, des amateurs, d’instants furtifs. Parfois, aussi des images très rares d’hommes, de lieux, d’événements surgissent.

C’est pourquoi Cinémémoire s’est consacré à son devoir mémoriel, de collecter ces images qui, attachées à un support pérenne sont vouées à disparaître avec l’usure du temps, emportant toute trace de ces regards et existences singulières.

Ces images n’ont pas de sens si elles ne sont partagées. Les images issues de l’époque coloniale ont été prise dans un contexte de domination politique et économique qui impliquait le monopole des outils de production audiovisuelle par les colons. Des caméras les anciens colonisés, les indigènes n’en avaient pas (ou très peu) pour conserver leur mémoire. A présent peu importe quel usage en sera fait, ces images demandent un double regard, et doivent retrouver le lieu dans lequel elles ont été prises, et le réel dont elles témoignent. Partager les images, partager la mémoire est un devoir pour retrouver un sens commun.


 

DES EXPERTS DE L’ARCHIVE

Cinémémoire, grâce à la mission de cinémathèque dont l’a investi la région Paca a développé un savoir faire et formé des spécialistes en matière de :

Numérisation : un agent technique est chargé de manipuler le télécinéma pour transférer les bobines 8mm, super 8, 9,5 ou 16 mm en fichier numérique. Les techniques en matière de stockage des données sont à l'épreuve.

Conservation : Les supports argentiques connaissent de nombreuses altérations, rayures, colures cassées, dégradations des couleurs. Les bobines nécessitent de bonnes conditions de conservation et d’entretien spécifiques à ces supports.

Documentation : Une archive qui n’est pas documentée, non-référencée est une archive perdue. Contrairement aux archives classiques, les archives amateurs impliquent des champs sémantiques spécifiques et une analyse des contenus appropriée. Il faut savoir décrypter dans le quotidien des éléments de référence à un contexte géographique et politique. Les documentalistes usent d’outils particuliers.

Valorisation : Une mémoire vivante s’appuie sur des archives en questionnement. Les archives sont les socles de l’élaboration d’un savoir collectif. Valoriser les mémoires individuelles donnent un autre accès à l’histoire mémorielle. Comprendre la grande histoire par la petite histoire.
- Valoriser implique de mettre les archives au service d’activités pédagogique, ce sont des documents d’éducation à l’histoire.
- Valoriser implique également de remettre les archives dans le circuit de la création, de les remettre en mouvement à travers une réappropriation du passé par les contemporains.
- Cinemémoire.net permet de donner un accès direct aux archives de par le monde.

PARTAGER LES IMAGES

LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES

La cinémathèque s’inscrit dans la lignée du projet initié par l’UNESCO « Mémoire du monde », par le Ministère des Affaires étrangères avec le « plan image archives », et l’INA qui participe à la sauvegarde des archives audiovisuelles dans le monde entier.

LES PAYS

Cinémémoire a commencé à travailler avec des associations ou institutions concernées par les archives audiovisuelles. Elle voudrait être reconnue en tant qu’expert dans l’archivage des fonds privés audiovisuels pour trouver des financements qui permettent de développer un véritable réseau des cinémathèques amateurs. Dans certains pays, des interlocuteurs ont été identifiés et des projets sont esquissés : au BÉNIN avec la Radio Télévision Béninoise, à MADAGASCAR avec l’association de sauvegarde des archives audiovisuelles FLACH, au SÉNÉGAL avec l’IFAN, en ALGÉRIE avec la cinémathèque d’Alger, et au CAMBODGE avec le centre Bophana. Cependant le projet doit se développer avec les autres pays concernés par les archives : le Vietnam, le Maroc, la Tunisie, l’Egypte, le Cameroun, le Tchad…

UN INTERLOCUTEUR : CINÉMÉMOIRE

Cinémémoire propose d’être le maître d’œuvre d’un projet impliquant :
- De tisser et pérenniser un réseau d’acteurs et de structures voués à la conservation, la diffusion et la réalisation des projets archivistiques
- De fournir une expertise des besoins et de l’apport que pourrait représenter la restitution des image du fonds de cinémémoire
- D’établir des conventions pour la restitution des images, en parallèle avec l’INA et le CNC

 

LES PROJETS DE COOPÉRATION

Cinémémoire, en tant que structure, lieu de formation, de ressources humaines, de parc de matériel, soutenu par un réseau régional, national et international, souhaite se positionner comme expert et accompagnant dans la gestions des projets d’archives audiovisuelles.

UNE EXPERTISE TECHNIQUE

 Expertise et ingénierie
auprès des structures de conservation.

 Identifier l’état des fonds et les ressources disponibles,

 Etablir un cahier des charges

 Trouver des stratégies budgétaires en s’appuyant sur la coopération française, la coopération Sud-Sud, l’OIF...

FORMER DES ARCHIVISTES

ENCADRER DES REALISATEURS

 Former des agents techniques, des documentalistes,

 Encadrer des ateliers pédagogiques autour des archives

 Développer des projets de réalisation documentaire ou des œuvres artistiques

 Mettre en place des échanges de réalisateurs entre la France et le pays pour croiser les regards

DIFFUSER

CONSTRUIRE UN ESPACE WEB COLLECTIF

 Diffuser les films réalisés en France et à l’étranger.

 Développer un projet de collection DVD

 Collecter et faire circuler les images d’archives en fonction des besoins d’une structure de conservation, recherche thématique ou par pays.

 Construire un Site WEB « Mémoire partagée », interactif et collectif, un espace de référence, où seraient collectées les images et les témoignages des déposants.

La Casbah-années 30-image cinémémoireAlgérie années 60-Image CinémémoireAlger-Atelier-Mémoire-Photo Agnès O'MartinsAlgerie-cinéma amateur algérienLa Casbah années 30-image cinémémoire

Mémoires partagées Algérie
« Mémoires Partagées », initié par Cinémémoire en 2007, est un projet global de coopération qui s'inscrit dans la lignée du projet Mémoire du monde initié par l'UNESCO, et du Plan Image d'Archives du Ministère des Affaires Etrangères français.
« Mémoires Partagées » a pour but de tisser et de pérenniser un réseau d'acteurs et de structures voués à la conservation, la diffusion et la réalisation de projets archivistiques, en croisant les sources sur l'histoire coloniale et post-coloniale et en partageant les regards sur ce passé commun.
Les actions menées par Cinémémoire en Algérie depuis 2008 ont permis de mettre en place des partenariats de formation, de diffusion et de création avec des structures de conservation telles que la cinémathèque Algérienne et avec le réseau des cinéastes amateurs algériens.

exploration post-coloniale

Explorations - post-coloniales

Présenté par Claude Bossion et proposé par le département Civilisation et Cinémémoire, en partenariat avec la Cinémathèque de Marseille, le cycle Explorations Post-coloniales a été proposé de 2012 à 2013 à l'auditorium de l'Alcazar

Cinémémoire et le département civilisation et histoire de l'Alcazar proposent de décrypter les prolongements contemporains de l'histoire coloniale à partir de projections de films documentaires, de fictions, de ciné-concerts…
Nous nous sommes attachés principalement à observer dans les archives cinématographiques l'image que l'on nous donne des colonisés, afin de mettre en évidence les mécanismes complexes qui structurent la relation entre colonisé et colonisateur.

Chaque séance du cycle est composée d'un ou plusieurs extraits d'archives du fonds Cinémémoire.

espace-deposantAfin d'associer les déposants à notre mission de valorisation du patrimoine cinématographique, Cinémémoire développe actuellement son "Espace déposant". Une bonne nouvelle pour partager plus aisément vos films, en famille ou entre amis!

Tous les films que vous nous avez confiés peuvent ainsi être consultés dans votre espace privé sur cinememoire.net. Cet espace vous permettra d'inscrire des informations sur les films que vous nous avez confiés, et vous pourrez en partager l'accès avec les membres de votre famille et toute autre personne que vous souhaitez inviter à voir et à renseigner les films.


Accéder à l'espace déposant >
Obtenir vos codes d'accès >


Dans votre espace déposant, trois espaces vous sont particulièrement dédiés:

Biographie : Vous pouvez y rédiger la biographie du cinéaste, celle des membres de la famille apparaissant dans les films, et toute information pouvant permettre de mieux comprendre l'ensemble des films: ceci nous permettra de mieux connaître le matériel de tournage, les lieux et les habitudes familiales, le métier du cinéaste, ses loisirs... Vous pouvez choisir le statut de ces informations: Permettre à Cinémémoire d'en faire usage pour documenter les films, ou les garder confidentielle en décochant l'option:
Autoriser Cinémémoire à utiliser ma biographie pour un usage professionnel

Note Personnelle : Ces notes sont confidentielles et ne seront pas publiées: elles ne sont accessibles qu'aux personnes ayant accès à votre espace déposant. Utilisez les pour échanger avec les membres de votre famille, comme bloc note...

Note Cinememoire : Vous propose de compléter les informations concernant chaque séquence. Lorsque vous écrivez dans ce champs, Cinémémoire reçoit un mail qui nous permettra de corriger ou de compléter la fiche de la séquence correspondante.

Nous espérons que ce nouvel espace sera un outil qu'apprécieront tous les passionnés d'histoire et de cinéma qui nous ont confié leurs films, et que nous pourrons, grâce à votre participation, réaliser des fiches film de qualité. Merci d'avance pour l'indulgence avec laquelle vous lirez les fiches actuelles: c'est justement conscients de leurs lacunes, et souhaitant les corriger, que nous avons lancé cette initiative. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et de vos questions quant à l'utilisation de cet outil: nous pourrons ainsi l'améliorer, car nous souhaitons que l' Espace déposant devienne un nouvel espace d'échange, de recherche et de convivialité sur le site de Cinémémoire.

espace-deposantAfin d'associer les déposants à notre mission de valorisation du patrimoine cinématographique, Cinémémoire développe actuellement son "Espace déposant". Une bonne nouvelle pour partager plus aisément vos films, en famille ou entre amis!

Tous les films que vous nous avez confiés peuvent ainsi être consultés dans votre espace privé sur cinememoire.net. Cet espace vous permettra d'inscrire des informations sur les films que vous nous avez confiés, et vous pourrez en partager l'accès avec les membres de votre famille et toute autre personne que vous souhaitez inviter à voir et à renseigner les films.


Accéder à l'espace déposant >
Obtenir vos codes d'accès >


Dans votre espace déposant, trois espaces vous sont particulièrement dédiés:

Biographie : Vous pouvez y rédiger la biographie du cinéaste, celle des membres de la famille apparaissant dans les films, et toute information pouvant permettre de mieux comprendre l'ensemble des films: ceci nous permettra de mieux connaître le matériel de tournage, les lieux et les habitudes familiales, le métier du cinéaste, ses loisirs... Vous pouvez choisir le statut de ces informations: Permettre à Cinémémoire d'en faire usage pour documenter les films, ou les garder confidentielle en décochant l'option:
Autoriser Cinémémoire à utiliser ma biographie pour un usage professionnel  

Note Personnelle : Ces notes sont confidentielles et ne seront pas publiées: elles ne sont accessibles qu'aux personnes ayant accès à votre espace déposant. Utilisez les pour échanger avec les membres de votre famille, comme bloc note...

Note Cinememoire : Vous propose de compléter les informations concernant chaque séquence. Lorsque vous écrivez dans ce champs, Cinémémoire reçoit un mail qui nous permettra de corriger ou de compléter la fiche de la séquence correspondante. 

Nous espérons que ce nouvel espace sera un outil qu'apprécieront tous les passionnés d'histoire et de cinéma qui nous ont confié leurs films, et que nous pourrons, grâce à votre participation, réaliser des fiches film de qualité. Merci d'avance pour l'indulgence avec laquelle vous lirez les fiches actuelles: c'est justement conscients de leurs lacunes, et souhaitant les corriger, que nous avons lancé cette initiative. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et de vos questions quant à l'utilisation de cet outil: nous pourrons ainsi l'améliorer, car nous souhaitons que l' Espace déposant devienne un nouvel espace d'échange, de recherche et de convivialité sur le site de Cinémémoire.