De la Négritude à la Tigritude
Documentaire de Claude Bossion

De la Négritude à la Tigritude, film de Claude Bossion

Présenté avec le concours de l’association Images & Mémoires
Projection suivie d’un débat
animé par Franck Ogou

le vendredi 22 novembre 2013 à 19h00
Jardin des Plantes de
Porto Novo, Bénin
Dans le cadre du festival du film documentaire Bénindocs

 

De la Négritude à la Tigritude, film de Claude BossionDe la Négritude à la Tigritude
film documentaire de Claude Bossion

Présenté avec le concours de l’association Images & Mémoires
Projection suivie d’un débat animé par Franck Ogou

le vendredi 22 novembre 2013 à 19h00
Jardin des Plantes de Porto Novo, Bénin

 Dans le cadre du festival du film documentaire Bénindocs

 

Un avion va atterrir à Cotonou dans les années 60, photo cinémémoire, Luc QuiaudUn double regard sur l'histoire coloniale et post-coloniale.

Les relations entre colons et colonisés ont entraîné des bouleversements politiques et culturels mondiaux, au cours des cent dernières années. En questionnant les archives cinématographiques et audiovisuelles, la mémoire intime et l'histoire globale se répondent.

Comment le film d'archive peut-il raconter l'histoire?

Les images issues de l'époque coloniale ont été filmées du seul point de vue européen.
La diffusion des images d'archives dans les pays anciennement colonisés est le point de départ du processus de création du film. Il s'agit de donner accès aux archives afin que les regards se croisent, se confrontent et s'enrichissent mutuellement.

Odile Lecour sur la plage de Cotonou, années 50 , photo Cinémémoire, film LecourNous montrons au Bénin des images filmées par des français pendant la colonisation.
Comment ces images sont-elles perçues par les anciens colonisés et leurs descendants?
En rapportant ces images là où elles ont été filmées, en suscitant les commentaires et les prises de paroles à partir de ces films, l'écriture d'une histoire commune est amorcée.

Des archives en création et en transformation permanente.

Ce film s'écrit à la manière d'une correspondance, dont le réalisateur se fait l'intermédiaire: chaque nouvelle information, chaque nouveau point de vue, attend une réponse, qui s'élabore au cours d'ateliers et de débats.
Il a été montré à plusieurs reprises, à des stades différents de sa réalisation: chaque projection est l'occasion de présenter une nouvelle version du film et de concevoir la suivante.

 

Ce documentaire a été réalisé en 2009 dans le cadre du projet pilote Mémoires Partagées Bénin