Actualités

antoine disdéro cinéaste amateur istres

Antoine Disdero est né le 26 mars 1938 à Arles. Il commence à faire de la photo à l’âge de 12 ans et devient projectionniste à 16 ans, à Salon de Provence. Il commence au patronage, où il projette des films en 16mm, puis au cinéma le Rex. Durant son service militaire, il est cameraman, et aussi projectionniste, pour le cinéma de propagande des armées en Algérie. Son frère aîné achète une caméra 8mm, et Antoine commence à filmer en amateur en 1964. Il s'installe à Istres en 1965 et devient ouvrier coupeur dans la succursale Ricca-Levis d’Istres. Il est embauché peu de temps après chez Naphtachimie, et est atteint d'une maladie pulmonaire suite à cet emploi. Il est décédé le 3 mai 2019 à l’âge de 81 ans.

Antoine Disdero était un cinéaste passionné, attentif, et indépendant. Il a réalisé de nombreux documentaires, reportages tournés-montés et films de famille qui, mis bout à bout, racontent la vie quotidienne, les petits et les grands événements Istréens. Il était devenu au fil des années le chroniqueur de l’actualité locale.  Il était fier d’avoir été le premier Istréen a filmer en sonore. Quand la vidéo apparait, il s’offre le matériel S-VHS. Puis il avait adopté la vidéo numérique à la fin des années 90. Antoine Disdero n’a jamais cessé de filmer, il a réalisé plus de 60 films. S’il avait eu la chance de devenir professionnel, il aurait certainement réalisé des documentaires, comme en témoignent ses films les plus remarquables: "l’élection de Claude Siffre", 1976, "Le méchoui" 1976, "Le concours de roller" en XXX et Le concours de l’école des fan sur le cours Jean Jaurès.

« J’ai montré plusieurs films d’Antoine Disdero dans l’exposition "Immortels" à la chapelle St Sulpice d'Istres  en 2018. Ses films participent à transmettre un témoignage unique de la vie d’une famille des années 60 aux années 2000, à décrire le milieu ouvrier des années soixante-dix et à raconter l’histoire d’une ville, Istres. Ces petites images pourront être vues pour l’éternité. En cela ces films sont immortels » 
Claude Bossion


Joyeux anniversaire!, Istres, 1975
extrait de la séquence 820-016
Film super 8, couleur, sonore



Méchoui à Istres, 1976
extrait de la séquence n°820-013
Film super 8, couleur, sonore


Elections municipales à Istres, 1977
extrait de la séquence n°820-006
Film super 8, couleur, sonore

Gala de l'école de danse de madame Gérard, 1976
extrait de la séquence n°820-015
Film super 8, couleur, sonore


Carnaval de l'école St Catherine, 1982
séquence n°820-011
Film super 8, couleur, sonore


Compétition de rollers, 1990 - 1991
extrait de la séquence n° 820-035
S-VHS, couleur, sonore


 

 

 

A deux pas de l'école Maurice Korsec, les escaliers monumentaux de la gare Saint-Charles nous disent avec ses deux phares, « Marseille, colonie grecque et Marseille, porte de l'Orient », l'histoire de la fondation de Marseille et sa vocation maritime et commerciale. Ils nous invitent, sous le signe d'Hermès, dieu du commerce et des voyageurs, à chercher dans la ville, à travers son décor architectural et ses monuments, la présence et la mémoire de ses origines phocéennes.

Après avoir dialogué avec l'escalier monumental de la gare, les élèves poursuivent leurs recherches dans les collections patrimoniales des musées de la Ville.

Guidés par leurs conférenciers, ils fréquentent sa mémoire archéologique au Musée d'Histoire de Marseille et sur le site du port antique. Ils décryptent « Marseille, colonie grecque et Marseille, porte de l'Orient » les peintures de Pierre Puvis de Chavannes au Musée des Beaux-Arts de Marseille.

Pour enrichir leur écriture filmique, ils explorent les archives du fonds de Cinémémoire, avant d'être initiés à la prise de son et d'images lors du parcours urbain « Marseille, colonie grecque ».

Ce film est le résultat de l'atelier vidéo Kinékino/Cinememoire, initié dans le cadre du projet pédagogique: « Marseille, port phocéen 2018 – 600 av. JC », étape du parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève (PEAC)

Ecole élémentaire Maurice Korsec, Marseille
Projet pédagogique piloté par Grégory Zins, professeur des écoles
Conception et coordination, Noël Casanova
Montage et réalisation, Claude Bossion
Année scolaire 2018/2019

Moyens techniques: Circuit court
Administration : SCG
Fonds d’archives : Cinememoire
Déposants et cinéastes : Comité du Vieux-Marseille, Jean-Maurice Zacon, fonds Petot

 

Remerciements

Thierry Illy Inspecteur de l'Education nationale Marseille 14.
Sabrina Drici Coordonatrice REP+ (Réseau éducation prioritaire).
DAAC Aix-Marseille.
Christine Bouafia Directrice de l'école Maurice Korsec.
Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille Provence, Patrimoine culturel, Sylvie Drago.
M.Ragheb, propriétaire du snack « En Suisse » Au Palais du Roi à Marseille sur la Canebière.
Noël Casanova, tout particulièrement, pour son aide précieuse à la mise en place, à la bonne marche et à l'aboutissement de ce projet où la pédagogie du patrimoine a été essentielle.

 

Financement : Ecole Maurice Korsec, Dispositif REP+, Cinememoire.net

L'association Robin des Villes, dont l'antenne de Marseille est installée depuis 2017 au couvent Levât, a concocté un parcours de promenade à la découverte de la Belle de Mai. La balade sera inaugurée les 24, 25 et 26 mai 2019, pendant la Belle fête de Mai.
Cinémémoire s'est associé au groupe de bénévoles qui ont créé cet itinéraire en promenade en y intégrant les quelques films d'archives du quartier de la Belle de Mai que contient sa collection.
Si vous aussi, vous avez filmé la Belle de Mai, avec une caméra argentique ou en vidéo, déposez vos films à Cinémémoire!
Nous les numériserons et vous pourrez ainsi les revoir, à la maison, ou en promenade...

Rendez-vous au jardin du couvent Levât pour découvrir le parcours et les films d'archives du quartier.

24 mai 2019: balade avec la Fraternité de la Belle de Mai, horaire à déterminer
25 mai 2019: inauguration pour la Belle Fête de Mai le samedi après-midi
26 mai 2019: 2ème balade Belle Fête de Mai le dimanche à 11h

Remise de médailles à la caserne du Muy, années 50
séquence 666-002 - titre original: "prise d'arme St Charles"
film 16 mm, noir et blanc, silencieux, don du squatt de la caserne du Muy.


Majorettes rue d'Orange et place Cadenat, 1972
extrait de la séquence n°876-005
film super 8, couleur, silencieux, cinéaste: L.N.

Promenade en tricycle boulevard Boyer, 1973
extrait de la séquence 876-009
film super 8, couleur, silencieux, cinéaste: L.N.

Mariage à l'église de la Belle de Mai, 1977 et cortège de mariage rue Loubon, 1973
extrait des séquence 876-022 et 876-008
film super 8, couleur, silencieux, cinéaste L.N.



Les religieuses du Sacré Coeur quittent la Belle de Mai, 2017
extrait de la séquence 863-002 "Le magazine vidéo 2017"
vidéo, couleur, sonore, fonds Comité du Vieux Marseille.

 

Depuis septembre 2017, Cinémémoire est en pleine réorganisation : nouveau scanner pour la numérisation des films, nouveau système de stockage des fichiers, nouvelle équipe, nouveau site, nouvelles lettres d'information...
Un coup de neuf nécessaire pour que notre collection de films puisse continuer à évoluer, et pour pouvoir mettre en valeur, en les renumérisant, des films que nous conservons pour certains depuis plus de 20 ans.

Le scanner de films du HD au 4K:

Grâce à notre nouveau scanner de films, la Müller HD, nous numérisons les films 16mm, 9,5mm, 8mm et super 8mm au format .dpx, suite d'image reproduisant chaque photogramme de la pellicule, au format HD, mais aussi jusqu'au 4K.
N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez nous confier vos films à numériser ou à renumériser: en signant une convention avec Cinémémoire, les structures culturelles et les artistes de la région Sud peuvent bénéficier de tarifs préférentiels.
Les déposants et donateurs de films bénéficient également de tarifs réduits, en fonction de la convention qu'ils choisissent et des appels à film en cours: en 2019, nous numérisons gratuitement les films tournés dans le centre ville de Marseille, et plus particulièrement dans les quartiers de Belsunce, le Panier, la Joliette, la Belle de Mai, Noailles, la Plaine et Notre Dame du Mont.

Un nouveau système de stockage des fichiers:

Depuis janvier 2019, nous avons transféré toute la collection, soit 883 dépôts de films numérisés sous forme de fichiers vidéo, sur un serveur NAS en RAID1, qui vient remplacer les 4 baies de disques en RAID 5 où étaient stockés nos films jusque là. Cela nous a permis d'augmenter notre espace de stockage, ce qui devenait nécessaire pour que nous puissions stocker les fichiers renumérisés en HD et les nouveaux dépôts. De plus, la collection ainsi regroupée dans un seul volume est ainsi plus aisément consultable sur notre réseau interne, ce qui nous permettra de mieux gérer notre collection. A présent, nous allons entamer la copie de toute la collection ainsi réorganisée pour la stocker dans un second lieu afin de la sécuriser. Nous prévoyons, dans le courant de l'année 2019, si nous parvenons à réunir les moyens nécessaires, de faire l'acquisition d'un second nas, ce qui nous permettra d'automatiser les copies de sauvegarde et sécurisera ainsi entièrement la collection.

Une nouvelle équipe:

Depuis début 2019, nous avons accueillis deux nouveaux collaborateurs dans notre équipe, et cela change tout! Stéphanie s'occupe à présent de l'administration et de la comptabilité de Cinémémoire, et Gérard est notre nouveau technicien informatique. Ainsi, Claude peut de nouveau travailler sur le développement de nos projets et les créations, et Agnès recommencer à documenter et organiser la collection sans crainte des pirates informatiques, des oublis d'échéances administratives, et des crashs de matériel... Bienvenue à eux, et merci déjà pour le travail qu'ils ont accompli depuis janvier!

Un nouveau site internet, une nouvelle lettre d'information (qui à présent vous parviendra!) et des chantiers à venir...

En 2017 et 2018, nous avons du faire face à plusieurs reprises à des piratages de notre serveur. Nous avons, dans un premier temps, du mettre à jour notre site internet, qui était vulnérable aux attaques. Puis, notre serveur de mails ayant été attaqué puis blacklisté à l'automne 2018, nous avons du renoncer à vous informer, car nos courriels n'arrivaient plus dans la plupart des boites mails. Aujourd'hui, grâce à l'aide de Gérard, nous avons pu remettre notre serveur en état et le sécuriser, ce qui nous permet de repartir sur de bonnes bases. A présent, nous allons travailler sur le développement de notre base de donnée, ce qui nous permettra une meilleure indexation des films...

 

 

Durant trois ans, Cinémémoire a arpenté le territoire d'Istres à la recherche de films amateur et à la rencontre de ses habitants. En 2015, 18 films tournés à Istres étaient conservés par Cinémémoire. A présent, 136 films, tournés entre 1923 et l'an 2000, sont consultables via la recherche en ligne. Nous avons sélectionné quelques films remarquables, en abordant divers aspects de la vie Istréenne: du sport automobile à l'agriculture, en passant par la base aérienne, les parties de pêche sur les étangs...

Films d'archive d'Istres par thématiques

circuit-auto-miramas-années-30

hélicoptère base aérienne istres

istres sous la neige

étang de berre barque avec perche de navigation

Vivre à Istres La base aérienne Le circuit de Miramas Les étangs

chantier de terrassement istres

sports-istres-joute-provençale

agriculture-istres-fenaison-mecanisee

Petits et grands travaux Les sports L'agriculture

Enreg~Istres: une action patrimoniale à partir de films amateurs

circuit-auto-miramas-années-30

hélicoptère base aérienne istres

istres sous la neige

étang de berre barque avec perche de navigation

Enreg~Istres
un documentaire de
Claude Bossion
Immortels
une installation vidéo
de Claude Bossion
"La ville et
les cinéastes amateur"
Conférence de Roger Odin

Quand les films de famille
deviennent patrimoine

conférence de Pascal Génot